www.axiologue.com


Hiboux, Proulx, Mailloux, cailloux.

Rappel des faits
Part. 1 - L'enfer
Part. 2 - Le paradis
Part. 3 - Avocats du diable contre gardiens du paradis.

- 1 -
L’enfer

Dissimulé au cœur des réalités quotidiennes et des évidences, protégé par les apparences, surgissant au moindre lapsus, inattention ou erreur d’appréciation, l’enfer est la résidence permanente des gardiens du paradis. Pas de marques préventives sur le sol, pas de panneaux sur le bord de la route, pas de nuances dans le paysage, rien, on ne remarque rien. On y entre par stupidité ou par inadvertance, à tout instant, en n’importe quel lieu et à tout moment de l’existence. Une fois engagé, cela vire généralement à l’horreur sans issue possible. Le séjour, d’une durée indéterminée, ne peut prendre fin prématurément.
En enfer, la réalité dépasse toujours la fiction.

En 2002, un journaliste y entrera par stupidité sur les ondes de son émission radio. C’est plaisant l’enfer, il y rigole tous les jours en direct. Il prend pour cible une présentatrice télé, la caricature sans scrupule. Ses attaques portent sur un plan personnel et font d’elle un sujet de moquerie permanent, qu’importe, ça fait grimper l’audimat. Il ne s’agit pourtant pas de quelques railleries passagères. C’est bien d’une forme d’acharnement sans fin dont la présentatrice fait l’objet à chacune des émissions radio, mais le diable ne dit rien alors autant en profiter même si cela dépasse très nettement le cadre de l’humour. Juste un peu de harcèlement pour satisfaire un potentiel d’audience qui apporte à sa popularité, on ne va pas en faire tout un fromage? Si! Janvier 2005, Madame la diable ne l’a pas entendu de cette oreille. Condamné!

En septembre 2005 un journaliste et un psychiatre animateur radio vont eux aussi, entrer en enfer, mais par inadvertance cette fois. Cela ne change rien au fonctionnement, seul le résultat est différent. L’événement précédent était une bavure, pour eux cela n’en a que l’apparence. Aucune similitude donc avec l’autre affaire.
D’abord parce cela se passe en public même si les émissions ne sont pas en directes. L’autre en effet se passait en studio à l’abri de réactions individuelles et téléphoniques, sans que personne puisse s’y opposer.

Ensuite, les émissions auxquelles ils participent ont déjà un taux d’audience important avant les incidents. Cela peut certes doper le taux d’écoute, mais en n’est pas à l’origine. À l’inverse, l’animateur radio sarcastique tirait sa popularité de ses agissements, d’où l’engrenage duquel il lui était difficile d’échapper sans risquer de se désavouer et perdre son impact sur le public.

Enfin, la réputation des deux personnalités médiatiques mises en cause en septembre n’est plus à faire. Ils ont été fidèles à eux-mêmes et se sont contentés de commenter à leur manière, l’un un fait divers, l’autre une étude scientifique. Ils se sont focalisés sur des actes. En 2002, l’animateur forgeait sa réputation en détruisant celle de quelqu’une d’autre. Il s’en prend à ce qui est et non-pas à ce qui se fait. Il condamnait selon la personne, mais pas en fonction des actes de celle-ci. Erreur!

L’affaire Pierre Mailloux, celle de trop, va faire ressurgir les vieux démons précédents et les réactions ne se feront pas attendre. Tant les médias que les forums internet vont attiser les flammes de l’enfer. L’armée du néant surgit avec son refrain sur l’intolérance, le racisme, les abus en tous genres dont ceux des journalistes bien évidemment et autres causes similaires totalement hors sujet dans ce contexte.

Associer ces trois circonstances pour n’en faire qu’une seule était
précisément le raccourci facile qu’il ne fallait surtout pas prendre.

Ce qui a néanmoins été fait sans aucune hésitation, tant dans le milieu du journalisme que dans le public. Chacun/e y est allé de sa leçon de morale, pour peu que l’on ait les compétences nécessaires pour se permettre de la faire aux autres. Qu’importe, les Cerbères de la morale soumis de naissance aux ordres des gardiens du paradis montrent les crocs et bondissent. Il n’en fallait pas plus pour que les morts se disputent un cadavre encore fumant. L’enfer se réveille!

Des réactions aussi vives auraient pourtant mérité un peu plus de réserve, les pièges de l’enfer n’étant une légende pour personne. Aucun n’aura cherché à savoir ce qui pouvait bien se cacher derrière cet écran de fumée et les anges ne tarderont pas à se brûler les ailes.

Qualifier cet amalgame de débordement n’a aucun sens. D’une part parce que ces trois affaires malgré les apparences n’ont absolument rien en commun, nous l’avons vu. D’autre part, si débordement il y a, il ne peut qu’être la conséquence de commentaires irréfléchis. Loin d’être un dérapage, cette situation était simplement hors de tout contrôle. Frustrant pour des anges maîtrisant la censure avec une parfaite dextérité.

Pour finir, si c’est au cours d’une émission de télévision très populaire que tout s’enflamme, ce n’est pas parce qu’elle est victime de son succès. C’est bien au contraire parce que son succès va servir un large public parmi lequel une importante majorité se voile la face.

Personne ne pouvant rien y changer tout s’est exactement passé dans l’intérêt du plus grand nombre, les réactions en chaîne le prouvent. Seule ombre dans le paysage, il semble que la majorité concernée n’ait absolument rien compris, ce qui laisse présager une prochaine situation dans le même genre.


Octobre. 05 -Denis NOTARI - Tous droits réservés.


Crédits et Dernières mises à jour | Contacts | ©2005 Denis Notari AXIOLOGIE.